Featured

Chères amies, chers amis,

Sentiment immense d’être privilégiée, d’avoir pu réaliser ce voyage, cette ascension du mont Vinson, point culminant de l’Antarctique.

Du blanc, de la glace à perte de vue. Une ambiance très différente de l’Himalaya, à commencer par un soleil qui brille 24 heures sur 24. La température varie uniquement en fonction du voile nuageux et du vent mais tout se passe en dessous de zéro. On a eu jusqu’à -26° dans la tente au camp 1 à trois personnes dedans !

Le vol de Union Glacier (750m) au camp de base (2140m) est spectaculaire et de toute beauté, des monts gelés à l’infini. Puis il faut gérer le camp, monter les tentes et préparer le portage d’un camp à l’autre, apprendre à tirer une pulka, le tout sans se geler les doigts.

On est sur glacier donc nous sommes encordés et le rythme est lent, impossible de se réchauffer. Les distances sont longues et les dénivelés de plus de 1000 m en moyenne.

Il y a 2 camps d’altitude et du camp 2 (3780 m) il nous a fallu 7 heures pour atteindre la jolie arête qui mène au sommet (4892 m). Le vent est violent -37° (ressenti entre -45° et -50°) !!

De retour au camp 2, je pense qu’il m’a fallu la moitié de la nuit pour me réchauffer.

Le lendemain tout s’enchaine, descente au camp 1, on récupère les dépôts, déchets, popo, tout est redescendu et retour au camp de base avec les pulkas.

Belle surprise, le petit avion nous attendait pour un retour à Union Glacier dans la foulée. Bravo et merci au pilote pour son décollage dans le brouillard !

Union Glacier est non seulement une base logistique géré par ALE (Antarctic Logistics & Expeditions) mais c’est également une base scientifique et point de départ de nombreuses recherches sur le continent. Le centre médical a eu à gérer de nombreux doigts gelés des summiters du 8 janvier !

Expérience unique et vraiment passionnante. Merci à l’agence CTSS pour notre logistique et à nos deux guides Robert Jantzen et Tomas Ceppi pour leur formidable assistance et coordination.

Le blanc à perte de vue me manque déjà. J

Je vous embrasse,

Sophie

Nanga Parbat summit !

Press release · 26 June 2023 · Nanga Parbat base camp (Pakistan)

 

Sophie Lavaud, at the summit of Nanga Parbat, enters the legend of the 14 peaks over 8,000 metres high.

 

On 26 June 2023, by reaching the summit of Nanga Parbat in Pakistan, the 9th highest mountain in the world at 8126 m, French-Swiss-Canadian Sophie Lavaud completed her challenge: to climb all 14 of the world’s 8000 m summits. She has thus completed her Himalayan grand slam, an ambitious project that began in 2012.

Sophie Lavaud becomes the first French to have climbed all 14 of the world’s 8,000m summits, the first Swiss woman and the first Canadian.

On 26 June 2023, Sophie Lavaud made Himalayan history.

 

First French climber (man and woman)

In the history of Himalayan climbing, France was the first nation to plant its flag on a peak over 8000m: Annapurna (1950, Maurice Herzog and Louis Lachenal).

Surprisingly, given the high standard of French Himalayan climbing, none of the French climbers who attempted the 14 8000m summits survived their quest for the giants of the earth. Liliane & Maurice Barard, Chantal Mauduit, Benoit Chamoux, Jean-Christophe Lafaille, to name few of the most famous, all lost their lives in this journey for the Himalayan absolute.

Without having initially planned it, and without claiming to be a performer, Sophie Lavaud has become the first French person to complete this quest for all 14 8000m summits.

 

1st Swiss woman & 1st Canadian

Among the Swiss, it was the guide Erhard Loretan who first succeeded in climbing the fourteen 8000m (5 October 1995), becoming the 3rd man to do so after the Italian Reinold Messner (1986) and the Polish Jerzy Kukuczka (18 September 1987).

Sophie Lavaud is the first Swiss woman to achieve such a feat.

 

The same goes for Canada: with three passports, Sophie has achieved a hat-trick, as no Canadian before her has ever climbed the 14 giants!

 

Top 3 women and top 10 worldwide

Around forty men and women worldwide have climbed the 14 Himalayan giants. But with the new list unveiled in July 2022 (see inset), there are actually fewer than 10 men and women and only 3 women to have climbed the fourteen real summits over 8000 m: China’s Dong Hong Juan on 26 April 2023, followed by Norway’s Kristin Harila on 3 May 2023 and Sophie Lavaud on 26 June 2023.

 

Sophie’s list

It took Sophie Lavaud eleven years and twenty-two expeditions to reach the top of all fourteen peaks over 8000m spread between Nepal, China (Tibet) and Pakistan.

 

Chronology of his climbs:

2012: Shishapangma, central summit (8013 m, Tibet), and Cho Oyu (8188 m, Tibet)

2014: Everest (8850 m, Tibet)

2015: Gasherbrum II (8035 m, Pakistan)

2016: Makalu (8485 m, Nepal)

2017: Broad Peak (8051 m, Pakistan), Manaslu antecima (8163 m, Nepal)

2018: K2 (8611 m, Pakistan)

2019 : Annapurna I (8091 m, Nepal), Kangchenjunga (8586 m, Nepal), Gasherbrum I (8068 m, Pakistan)

2021 : Dhaulagiri (8167 m, Nepal)

2022 : Lhotse (8516 m, Nepal), Manaslu (8163 m, Nepal)

2023: Shishapangma (8027 m, Tibet), Nanga Parbat (8126 m, Pakistan)

 

New ranking: the true summit criterion in the 14 x 8000 race

Released in July 2022, geographer Eberhard Jurgalski’s (8000ers.com) new list, which examines the validity of summit proofs and takes into account true summits, has turned the rankings of the 14 x 8000 race upside down: “This stupid and nasty list doesn’t take into account style (alpine style, with or without oxygen), it just checks the validity of the race, in other words whether or not the summit has been reached,” explains topographer and columnist Rodolphe Popier. “Manaslu is an astonishing example: the first climbers found the summit, but three quarters of the official summiters didn’t”.

Those, like Sophie Lavaud, who are currently in the race, have realigned themselves with the new criteria, not hesitating to climb summits again to validate them.

 

Sophie’s style

It’s hard to guess that a mountaineer is hiding behind the fifty-year-old woman. Born in Lausanne on 15 May 1968, Sophie Lavaud stands out in the mountain world. Firstly, because this sales and marketing manager for the luxury hotel industry, then in cosmetics, is not a professional athlete. Secondly, she started mountaineering late in life, in her thirties. And lastly, because she is a “woman like everyone else”, a “simple” woman with unusual dreams, but who gives herself the means to realise them, at her own pace. Honest and modest, she has her own style, one summit after another, and then we’ll see.

With her climbing partner Dawa Sangay Sherpa, she has been on one expedition after another. She makes no secret of the fact that she uses oxygen if the need arises, particularly for safety reasons because she is cold and doesn’t want to lose her fingers. She makes a point of doing the acclimatisation stages and only takes oxygen the night before the summit from the last altitude camp for the final push.  However, she reached the summit of Gasherbrum 2 and Broad Peak without oxygen.

 

Step by step, in a modest way, it was after climbing Everest in 2014 that she set her sights on the grail of fourteen 8000m summits. At first, she kept this objective to herself. Although she’s not in the quest for a feat, or in the race for a record, far from the sprinters of the 8000, she has shown great determination in this undertaking. She’s made great progress since her first Mont-Blanc in 2004! That’s when she got hooked on altitude and summits. Dreaming of going ever higher, she organised her time around this passion. Then, after setting up an events company in finance with her brother, she ended up devoting herself 100% to her project, resigning from her last job in 2015 and managing to make ends meet, one expedition after another, thanks to benefactors, sponsors and partners.

In addition to her expeditions, Sophie Lavaud is a volunteer ambassador for the NGO Terre des hommes. She supports and gives visibility to projects that are close to her heart in the countries where her expeditions take place.

Also an ambassador for RECCO®, with Dawa Sangay Sherpa, Sophie organises training courses in Nepal and Pakistan to raise awareness of avalanche risks among high-altitude sherpas and porters.

 

With the success on Nanga Parbat, renowned as a dreadful 8000-metre climb with its very steep face and the famous “Kinshofer” wall, Sophie brings this long chapter of her life to a fitting close.

au sommet du Nanga Parbat, le 14ème sommet atteint !

itinéraire jusqu’au sommet du Nanga Parbat (voie Kinshofer)

 

 

 

 

Communiqué de presse :

https://mailchi.mp/9cebaf0aa211/sophielavaudnangaparbat
(english version) Press release · 26 June 2023 · Nanga Parbat base camp (Pakistan) – Sophie Lavaud

Quelques articles média :

#shishapangma #nangaparbat #thedreamontinues #letsgosummit #14×8000 #lady8000 #1femme7sommets10secrets #editionsfavre
#ReylIntesaSanPaolo #naefimmobilier #septfinance #Raiffeisen #futura21 #Famsafoundation #teamwork_vm #immobiliereromande
#MilletRiseUp #GrivelToEachTheirOwn #RECCO #BeSearchable #Caravanproductions #sportquestgeneva #airnoutdoor #tingerlaat #AltitudeEyewear #ogso #SevenSummitTreks #Tdh_india_nepal #naef_immobilier

Chères amies, chers amis,

Une expédition aussi intense que difficile
Rarement j’ai eu aussi froid en expédition, un vent presque constant nous a bien compliqué l’affaire.
Arrivés au camp de base avancé à 5600m, les yaks qui n’avaient pas travaillé depuis 3 ans étaient difficile à maitriser et ils ont mis toute la nuit à rejoindre le camp. Ils sont « fat and lazy » nous disent les yakmen ! Selon le calendrier bouddhiste par chance le lendemain est un « good day » qui nous permet d’enchainer directement avec la puja. Car avec Kristin Harila, il faut aller vite, son projet est basé sur un record de vitesse et l’officier de liaison, représentant légal de la CTMA (Chinese-Tibetain Mountaineering Association) qui est présent nous impose de grimper tous ensemble.
Une première rotation avec une nuit au camp 1 puis 2 puis 2,5, le vent nous empêche d’atteindre le vrai camp 3 et nous cloue sur le plateau à 7100m. Le 19 avril, nous redescendons les 17 km jusqu’au camp de base ! L’avantage est que nous sommes bien acclimatés. 2 petits jours de repos et nous repartons car le 25 et 26 semblent avoir une météo plus clémente. Du camp 1 pour rejoindre directement le camp 2.5, le temps vire à la tempête et nous sommes 10 (les 5 membres d’expédition : Viridiana Alvarez, Dong Hong Juan, Kristin Harila, Matias Myklebust et moi et 5 sherpas, les 2 Pemba, Luther, Tshering et Nima) cloués dans le mauvais temps sans pouvoir atteindre le camp 2.5. Nous montons les deux tentes que nous avons et c’est 5 par tente que nous passons la nuit ballotés par le vent violent ! Le matin du 25, le ciel est à nouveau clair et nous permet d’atteindre le camp 2.5.
L’équipe de tête part vers 4h du matin et s’arrache des tentes malgré les rafales de vent et de neige. Nous attendons 7h pour lui emboiter le pas. Au camp 3 à 7500m presque impossible de tenir debout, le vent est violentissime et le doute s’installe… la trace faite quelques heures avant par la fixing team est totalement recouverte, Pemba qui devait m’accompagner est pris de diarrhées et fait demi-tour. Je me retrouve seule à entamer cette immense traversée. La pente est raide et dangereuse. Mathias et Kristin sont devant moi, Viridiana et Dong derrière. Lama est en tête, il fait un travail formidable pour ouvrir la voie et 7 heures plus tard, vers 17h nous atteignons le vrai sommet du ShishaPangma à 8027m avec une météo parfaite. Un sentiment de joie intense et d’un grand privilège pour notre petite troupe d’atteindre ce sommet !…
Il faut redescendre…. À 21h au camp 2.5, le lendemain à 18h au camp de base, puis, Tingri puis Kerung, puis la frontière avec les formalités chinoises, népalaises, fouilles des sacs etc.. Et 16 heures de jeep plus tard enfin Kathmandu le 30 avril ! Oufff

Merci à Climbalaya, Mingma Sherpa boss, Seven Summit Treks, les autorités chinoises et tibétaines, la CTMA et Kristin Harila bien sûr de nous avoir donné l’opportunité de gravir ce sommet dans ces conditions exceptionnelles. Mes pensées vont à elle, Viridiana, Mathias et toute l’équipe logistique qui enchaine actuellement sur le Cho Oyu !!…

Sophie

 

Kathmandu, le 2 mai 2023
#shishapangma #nangaparbat
#thedreamcontinues
#letsgosummit
#14×8000
#lady8000
#1femme7sommets10secrets #editionsfavre
#ReylIntesaSanPaolo #naefimmobilier #septfinance #Raiffeisen #futura21 #Famsafoundation #teamwork_vm #immobiliereromande
#MilletRiseUp #GrivelToEachTheirOwn
#RECCO #BeSearchable #Caravanproductions #sportquestgeneva #airnoutdoor #tingerlaat #AltitudeEyewear #ogso
#SevenSummitTreks #Tdh_india_nepal

Nous avons atteint le camp 4 à 7430m le 30 septembre dans des conditions épouvantables, un vent avec des pointes à 60 km/h. Le doute est là et je vois l’échec se profiler. De l’autre côté de la planète, à Chamonix, Yan Giezendanner, m’envoie ses bulletins météo 2 fois par jour. Lui est confiant, « ça va le faire, m’écrit-il, le vent va tomber cette nuit ». Beaucoup de grimpeurs redescendent, «  too much wind, not possible »… et nous nous installons tant bien que mal dans notre tente. On égraine les heures en se faisant balloter, évidemment, impossible de dormir avec ce bruit. L’ambiance est particulière. De plus, Sangay est tombé malade entre le camp 1 et 2, il a vraiment souffert pour atteindre le camp 3 et sa décision est prise de ne pas continuer pour ne pas compromettre mon sommet. Un jeune sherpa, Nima, prend la relève. Le doute s’accentue…

Dans notre tente au camp 4 les heures passent, et en effet le vent se calme. Lakpa Temba, Alex, Nima et moi décidons de partir pour le sommet à 1h30 du matin, les étoiles sont là et le ciel est calme. Ces quelques heures d’accalmie nous permettent de bien progresser mais le froid et la fatigue gagnent Alex qui décide de faire demi-tour avec Nima. Avec Lakpa Temba nous atteignons le VRAI sommet du Manaslu dans de bonnes conditions à 6h50 le 1er octobre 2022. Ce fameux VRAI sommet qui a fait couler tant d’encre ces derniers mois. Nous sommes presque seuls au sommet. Incroyable quand on sait qu’il y a environ 400 permis enregistrés cette saison !. Quelques photos plus tard nous entamons la descente, retrouvons Alex au camp 4 et Sangay au camp 3. Tous ensemble nous redescendons jusqu’au camp de base. Malgré une saison bien chaotique, cette accalmie de quelques heures dans la nuit nous a permis de se faufiler jusqu’au magnifique sommet du Manaslu à 8163m. Merci Yan !

Sophie

Kathmandu le 6 octobre 2022